mardi 1 août 2017

Chinoises


* J'ai lu ce livre à l'occasion du book club féministe "Une chambre à nous" créé par Les carnets d'Opalyne et Tête de Litote

Un dicton chinois prétend que " dans chaque famille il y a un livre qu'il vaut mieux ne pas lire à haute voix ". Une femme a rompu le silence. Durant huit années, de 1989 à 1997, Xinran a présenté chaque nuit à la radio chinoise une émission au cours de laquelle elle invitait les femmes à parler d'elles-mêmes, sans tabou. Elle a rencontré des centaines d'entre elles. Avec compassion elle les a écoutées se raconter et lui confier leurs secrets enfouis au plus profond d'elles-mêmes. Epouses de hauts dirigeants du Parti ou paysannes du fin fond de la Chine, elles disent leurs souffrances incroyables : mariages forcés, viols, familles décimées, pauvreté ou folie... Mais elles parlent aussi d'amour. Elles disent aussi comment, en dépit des épreuves, en dépit du chaos politique, elles chérissent et nourrissent ce qui leur reste. 

Mon avis:

Ce livre m'a énormément marqué par la cruauté de ses récits. J'ai trouvé que les histoires étaient très violentes (entre viol et mariage forcé), si horribles qu'il faut se remémorer que non ce n'est pas de la fiction mais qu'il s'agit de la réalité. Je crois que savoir que se sont des témoignages et non pas des récits inventés cela rend ce livre encore plus extraordinaire parce qu'en tant que jeune occidentale du 21ème siècle, j'ai du mal à me dire qu'il y a à peine quelques décennies, cela s'est réellement passé. 

Il est effectivement difficile de croire qu'il y a peu de temps, on pouvait considérer la femme de cette façon. Ce livre est très marquant car tout au long de ma découverte de ses témoignages, j'ai vu une vision de la femme assez choquante, puisqu'elle est considérée souvent comme un objet. Elle est réduite à l'utilité d'un objet dans pas mal de récits et on peut se demander si leur statut d'humain est respecté (parce qu'entre mariage forcé, humiliations, etc.). 

Mais ce qui m'a plu dans ce roman c'est que malgré sa cruauté, il reste un roman fort en émotion. Je l'ai trouvé très poignant parce qu'on a donné la parole à ces femmes, qu'au delà des récits, on voit également le travail de réflexion qu'a eu l'auteur vis à vis des témoignages qu'elle a reçue. Je ne pense pas que cette lecture puisse laisser indemne, en tout cas pour moi ce n'a pas été le cas!

Un autre point que j'ai trouvé intéressant dans ce roman c'est le travail de journaliste sous le parti chinois. On y aborde également la censure et la bataille dans laquelle a dû s'engager Xinran pour créer son émission. 

Et puis la dernière histoire m'a beaucoup fait réfléchir. Les autres également, mais celle-ci encore plus. En effet, la dernière histoire de ce livre raconte une histoire qui pourrait nous paraître choquante mais où la question du bonheur est abordé sérieusement (ce n'est pas pour contraster encore plus la condition de ces femmes). 

Pour conclure j'ai beaucoup aimé ce livre malgré la cruauté des témoignages mais justement parce que ces histoires sont vraies. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire